Les hommes

 

 

 

 

Abbaye Saint-Jean-des-Vignes 

 

 

 

Les locaux du Centre
Archéologique de Soissons

Le Centre Archéologique de Soissons

 

 

Le Centre Archéologique de Soissons a été ouvert en 1984 et inauguré au printemps 1985. Unique dans sa structure, il a pu voir le jour grâce à une histoire de la recherche archéologique particulièrement dense dans la région de Soissons et la vallée de l'Aisne depuis environ trois décennies.  

 
A la fin du XIXème siècle et au début du XXème, des Sociétés Archéologiques locales avaient effectué un travail considérable, nous citerons pour mémoire les travaux de Frédéric Moreau et sa superbe publication de l'Album Caranda.
Dans la seconde moitié du XXème siècle, quelques personnalités ont accompli un important travail de recherche et ont surtout poser les bases d'un inventaire des sites archéologiques en répertoriant une masse impressionnante d'informations.


Il faut citer les noms, en particulier, de Gilbert Lobjois, de Bernard Ancien, de René Parent, de Roger Chevallier.


Avec l'avènement de l'ère des archéologues professionnels ce sont tout d'abord des universitaires comme Michel Reddé (étude du site d'Arlaines), et deux équipes du C.N.R.S., l'Unité de Recherche Archéologique n°12 (actuellement Equipe Protohistoire européenne de l'UMR 7041) et le Centre des Peintures Murales Romaines, qui se sont installées dans la région.

L'équipe de l'URA n°12, dirigée par le Professeur Bohumil Soudsky au début des années 1970, a mis en place un programme de fouilles des sites protohistoriques de la vallée de l'Aisne, en collaboration avec Michel Boureux et grâce aux sauvetages que celui-ci avait déjà entrepris dans les ballastières. Ce programme vise à analyser l'occupation de l'espace à travers les différentes périodes de la Protohistoire, du Néolithique danubien à La Tène finale, à comprendre le mode d'implantation des habitats et des nécropoles, et leurs complémentarités.

 

Certains archéologues de cette équipe ont été salariés de l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN) transformée depuis 2001 en Institut, l'INRAP, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives. 

Ce Centre Archéologiques rassemble ainsi des archéologues de l'Université (PARIS 1 et PARIS 10), du CNRS, du SRA et de l'INRAP.
Dans un même lieu cohabitent des chercheurs amateurs et professionnels, des étudiants, des salariés de la Culture, de l'Université, du CNRS ou de collectivités locales ; ainsi, l'ensemble des périodes, du Néolithique au Moyen-Age, sont couvertes par les travaux de chacun.


       
   
 

Page générée en 0.02 seconde(s)