Au cours du temps

Période
Age de Bronze

 

 

 

  Plan de la Nécropole 

 

Hair ring (anneau de bronze recouvert d'une feuille d'or)

 


  Coupe de vases
       en céramique

Presles-et-Boves "les Bois Plantés"
La nécropole à incinération de l'Age du Bronze final

 

La nécropole à incinération de Presles-et-Boves “les Bois Plantés“ occupe une légère proéminence sableuse, située sur la terrasse alluviale, au pied d’un éperon qui domine la confluence de l’Aisne et de la Vesle.


Le site est constitué de plus de 200 fosses pourvues d’ossements incinérés, de 2 grandes fosses quadrangulaires révélant la crémation des corps sur le site, ainsi que de nombreux monuments fossoyés de formes diverses et complexes dans quelques cas. Les fossés sont parfois pourvus de dépôts d’ossements et de cendre sur plusieurs mètres. La longueur de ces monuments varie de 7 à 30 mètres et certains d’entre eux sont pourvus d’une interruption révélant probablement la présence d’une entrée.


Les fosses à incinération sont généralement de forme circulaire mais quelques unes d’entre elles sont manifestement quadrangulaires, bien qu’aucune trace de coffrage n’ait pu être mise en évidence. La répartition des fosses laisse entrevoir deux noyaux de forte densité, avec 9 et 10 fosses pour 25 m². Compte tenu de l’absence de recoupement entre ces fosses, on peut supposer l’existence d’un marqueur en élévation, probablement constitué d’un élément périssable.


La majorité des dépôts est constituée d’ossements fragmentés inclus dans une couche de cendres et de charbon de bois. Dans quelques cas, les ossements sont déposés dans une urne, ou dans un contenant périssable révélé par leur répartition dans la fosse. Dans quelques cas très rares, les ossements ne sont pas mélangés aux cendres. Dans d’autres cas, on observe la présence de petits gobelets d’accompagnement, ne contenant pas de cendre ni d’ossements. Ceux-ci sont toujours déposés au dessus ou dans la partie supérieure de la couche cendreuse.


Les parures en bronze, découvertes parmi les ossements, sont fortement altérées par la crémation. Elle révèle que le défunt est porté sur le bûché, paré de ces atours. On distingue surtout des bracelets lisses ou torsadés, des viroles et des pendeloques ainsi que des anneaux et une bague.


Quatorze anneaux en bronze sont recouverts de feuille d’or. On distingue un type classique, de 11 mm de diamètre pour 1 gramme environ, ainsi que quelques exemplaires de plus gros diamètre et section, pesant plus de 4 grammes. L’association de 2 hair-rings (petits anneaux en bronze recouvert d'une d'or) avec un gobelet à épaulement décoré atteste de la datation ancienne de ces artefacts, jusqu’alors attribués à une phase chronologique plus récente. Ces anneaux se répartissentprincipalement dans le quart nord-ouest de la France, en Belgique
et au Pays-Bas et surtout dans les îles britanniques où ils sont principalement
représentés par des exemplaires en or massif.


Dans la phase finale d’utilisation de la nécropole, on observe l’apparition de perle en pâte de verre bleu-turquoise, dont l’origine est plutôt attribuéeà l’Italie du nord.


 

Page générée en 0.046 seconde(s)