Au cours du temps

Période
Néolithique

 

 

 

  

Beaurieux "la Plaine"

Le monument funéraire Michelsberg
ancien de Beaurieux "la Plaine" 

 

Dans le cadre du programme de Recherches de la Vallée de l'Aisne, un diagnostic réalisé par Bruno Robert (INRAP) en 2003 puis une fouille (INRAP/CNRS) en 2005 a mis au jour un enclos funéraire du Michelsberg ancien. Ce monument (15,5m x 4m), constitué d'une rangée de poteaux en tranchée de fondation, est en forme de U orienté est/ouest. Un réaménagement du monument est possible dans sa partie orientale. Il semble, en l'état actuel de l'étude, que très peu de temps sépare l'étape initiale de cet aménagement.deux sépultures se trouvaient à l'intérieur de l'enclos. Les squelettes sont en excellent état de conservation.


La première est la tombe en fosse d'un homme jeune adulte, en position repliée sur le côté gauche. Le mobilier y est abondant : 4 vases datés du Michelsberg ancien du Bassin parisien, 4 pointes de flèches en silex près de l'épaule gauche, 1 outil en bois de cerf à ses pieds, et enfin un amas constitué de coquilles de moules d'eau douce, de 2 fragments de colorant, d'un grand poinçon en os, d'une cinquième pointe de flèche, et de plusieurs autres outils en os et en silex.


La deuxième est une tombe en coffre d'un homme légèrement plus âgé que le précédent, fortement replié sur le côté gauche. Outre 2 vases du Michelsberg ancien, il avait un ensemble de 9 pointes de flèches en silex à l'épaule gauche, 4 lames en silex dont 1 grande de 17 cm de long près du bras droit, et à ses pieds, 1 grande coquille de moule d'eau douce, 2 lames en silex dont 1 grande de 17 cm de long également, et 5 autres flèches en silex. Au total, la céramique comprend 1 petit vase à profil sinueux et mamelons percés sur le diamètre maximum de la panse, 1 coupe à col et profil segmenté, 1 marmite carénée à bord ourlé, 1 petite marmite non carénée, 1 vase écrasé et 1 dernier mal conservé.
Particulièrement grandes et de très belle finition, les pointes de flèches sont donc abondantes dans ces deux tombes. 19 des 20 armatures sont perçantes à retouche couvrante bifaciale, de forme triangulaire plus ou moins foliacée selon les exemplaires. La vingtième est une flèche à tranchant transversal, de forme trapézoïdale à base très étroite. On remarquera surtout la découverte exceptionnelle de l'une d'entre elles, de plus de 8 cm de long, et qui portait, outre des résidus de colle sur sa base, une ligne rectiligne qui part de la pointe dans l'axe de la pièce et s'arrête à mi-longueur. Peinture ? Poison ? Le pigment est en cours d'analyses.


Le monument est bordé de grandes fosses latérales complètement stériles, qui pourraient avoir servi à l'extraction de matériau en vue d'ériger peut-être un tertre. Les deux mobiliers évoquent directement le matériel des enceintes de Maizy et Bazoches-sur-Vesle. Cette découverte est exceptionnelle pour le Michelsberg dans le Nord de la France, tant du point de la structure funéraire, des types de tombes que de la richesse des deux tombes.

 

Le monument funéraire Michelsberg
et la nécropole néolithique (4400-4300 av. n. e.)

 

La découverte d’un monument funéraire du Néolithique moyen à Beaurieux (Aisne) est exceptionnelle à plus d’un titre. Tout d’abord, les pratiques funéraires des Néolithiques de la Culture de Michelsberg (4000 ans avt. J.C. env.) sont extrêmement mal connues et aucun monument de ce type suffisamment bien conservé n’avait jusqu’à présent été découvert. Ce monument consiste en un fossé en forme d'épingle à cheveux ; il contenait deuxsépultures. L'une est la sépulture en fosse ovalaire d'un homme adulte,
jeune, en position fortement repliée. L'autre est une fosse rectangulaire aménagée par un empierrement, qui contenait le squelette d'un homme adulte mature en position fortement contractée. Les deux tombes ont livré un mobilier funéraire très abondant : armatures de flèches, vases en céramique, outils en silex et coquilles de moules d'eau douce. En outre, une découverte remarquable a été faite parmi les armatures de flèches : la présence d’une pointe de flèche en silex décorée d’ une ligne axiale peinte, fait unique dans la préhistoire métropolitaine. Les deux hommes inhumés dans ce monument, une sorte de « maison des morts », semblent bien représenter des personnages importants, probablement des guerriers, l’un armé d’un carquois de 4 flèches, l’autre de deux carquois de 9 flèches et de 5 flèches.

   


 

Page générée en 0.058 seconde(s)