Au cours du temps

Période

Mésolithique

 

 

 

 

 

 

 

 

Craches de cerfs

 

Défenses de sangliers

 

Objet en craie

 

Andouillers de bois de cerfs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amas de bois de cerfs,
de défenses de sangliers
et objet en craie

 Concevreux"les Jombras"

Une tombe mésolithique 

 


 

INTRODUCTION

 

Une structure cinéraire datée du Mésolithique a été récemment découverte dans la vallée de l'Aisne  en septembre 2006, à l'occasion de sondages menés par l'INRAP sur un projet de gravière d'extraction de granulats. Le site qui comprend plusieurs périodes de la Préhistoire récente et de la Protohistoire est localisé sur une terrasse alluviale de l'Aisne dans la commune de Concevreux, sur la parcelle "les Jombras".
Les sépultures du Mésolithique sont rares dans la région et ce poster présente les premiers éléments issus des observations de terrain. Les études spécialisées sont en cours et la conservation générale de l'assemblage funéraire exige une certaine prudence notamment quant à la caractérisation précise des restes incinérés et du mobilier.

 

 

LA FOUILLE

 

La sépulture est apparue sous 1 m de limon, dans une petite fosse de 70 cm de diamètre sur 25 cm de profondeur. Il s'agissait d’une structure circulaire faiblement colorée avec quelques os brûlés de petite taille en surface de décapage.
La présence de fossés funéraires circulaires à proximité suggérait que cette sépulture appartenait plutôt à une nécropole à incinération du Bronze final. C'est pourquoi la fouille s'est déroulée selon un protocole singulier propre aux incinérations de l'Age du Bronze, nombreuses dans la vallée de l'Aisne.
Ainsi, la moitié Nord a été fouillée par passe de 10 cm avec récupération des sédiments pour le tamisage. La lecture de la coupe a permis d’observer le creusement et le comblement de la sépulture, la position de l'amas compact d’os brûlés ainsi qu'un objet façonné en calcaire.
La moitié Sud a été fouillée en deux parties et comprend l'essentiel de l'amas osseux et l'essentiel du mobilier funéraire. L’amas osseux a été prélevé par passes de 5 cm et tamisé. Cet amas est dépourvu de cendres et de charbon de bois. Le dépôt d’objets a été relevé puis démonté pièce par pièce.

 

LA SEPULTURE

 

L'agencement général montre deux dépôts distincts accolés . D'un côté un amas d'ossements triés de près de 2,2 kg résultant d'une crémation d'au moins deux corps, un adulte et un autre individu plus jeune. Cet amas se trouve dépourvu de cendres et de charbon de bois.
Un mobilier incinéré abondant était mêlé aux restes humains : une cinquantaine de craches de cerf perforées et de nombreux silex. L'ensemble comprend environ 35 fragments de lames/lamelles, des éclats, un mésial de lame retouchée et 5 armatures. À cela s'ajoute plus de 180 fragments et esquilles thermiques.
Il existe des manques évidents dans les raccords thermiques des pièces. Enfin, des restes de faunes incinérés sont présents : sanglier, renard et des vertèbres de brochets.

Juxtaposé à cet amas funèbre, on observe un assemblage d'objets soigneusement disposé et frais. Ce dépôt contient 3 andouillers de cervidés de dimensions comparables, 4 défenses de sanglier (probablement des outils), un outil en défense de sanglier avec deux bords biseautés ainsi qu'un objet tronconique en calcaire blanc façonné. La base est concave et montre des stries longitudinales marquées. La fragilité des objets (notamment les défenses de suidés) et l'état de conservation des bois de cervidés ne permet pas encore d’établir si ces objets sont tous des outils.

L'amas incinéré et le dépôt de mobilier qui l'accompagne sont circonscrits dans l'espace sépulcral et il est vraisemblable qu'ils étaient enfermés dans un contenant en matériau organique. L'absence de cendres et de charbons et la fragmentation des pièces lithiques montrent un lavage et une récolte partielle (du moins pour les silex) des éléments issus du bûcher funéraire.

 

 

LE BILAN PROVISOIRE


En l'absence de fouille aux alentours, on ignore si cette sépulture multiple est isolée ou avoisine d'autres sépultures.
Il existe deux autres sépultures du Mésolithique dans la vallée de l'Aisne récemment datées par des dates C14. La première est à Berry-au-Bac "le Vieux Tordoir". Il s'agit d'une inhumation, le corps est en position assise avec les membres inférieurs fléchis. La sépulture est très ocrée avec un poinçon en os au niveau du bassin.
La seconde est l’inhumation d'un adulte retrouvée à Cuiry-lès-Chaudardes. Le corps est en décubitus dorsal, les membres inférieurs en flexion forcée légèrement vers la gauche. L'ocre est absent et le mobilier funéraire est composé de vertèbres de brochet.

La sépulture de Concevreux présente des différences évidentes dans le rituel funéraire, d'une part dans le traitement des individus et d'autre part dans l'abondance du mobilier qui accompagne l’incinération. L'attribution de la sépulture au Mésolithique récent est étayée par la présence des trapèzes sans retouches inverses plates et du débitage laminaire réalisé à la percussion indirecte.
Les dates C14 sont en cours.

Page générée en 0.045 seconde(s)