Au cours du temps

Période
Age des Métaux

La période de la Tène

 

 

  

  Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Silo piriforme

 


Silo discoïde

 


Silo tronconique

 

La batterie de silos de Soupir
"le Champs Grand Jacques"

A La Tène B (400-250 avant notre ère). 

 

Localisé dans la commune de Soupir à une vingtaine de kilomètres à l'est de Soissons, le site est implanté sur la moyenne terrasse sablo-graveleuse de la vallée de l'Aisne. La campagne de l'été 2000 a concerné une surface d'un peu plus de 9 ha, dont seule la zone centrale a livré des vestiges archéologiques. Ces derniers consistent en deux cercles funéraires et une inhumation externe de l'âge du Bronze, ainsi qu'en une batterie de 107 silos implantés sur une légère déclivité annonçant un changement de sédiment. De structuration est-ouest globalement linéaire, la batterie de structures d'ensilage est bordée au sud par les deux cercles de l'âge du Bronze localisés au sommet d'un micro-relief et au nord par une nappe limoneuse orangée comblant une légère dépression.

 

Vue générale de la batterie de silos

 

Les silos sont de morphologies et de dimensions variées : 52 % sont de morphologie tronconique (fond plat et parois convergentes droites formant un tronc de cône menant à une cheminée cylindrique plus ou moins longue), 32 % sont de morphologie piriforme (fond bombé et parois incurvées concaves menant à une cheminée d'accès cylindrique plus ou moins importante) et 16 % des individus sont de morphologie discoïde (panse en forme de large cylindre aplati, ou encore de disque épais, relié à une cheminée d'accès cylindrique de longueur variable).

 

Les diamètres d'ouverture sont compris entre 1,20 m et 3,20 m, avec une moyenne à 2,05 m. Considérant que le diamètre d'ouverture fonctionnel ne doit pas être supérieur à 1,20 m pour obturer hermétiquement les silos, l'écrasante majorité des structures d'ensilage de la batterie de Soupir est érodée.

 

Les diamètres maximums des structures (au fond pour les tronconiques et les discoïdes, et en milieu de panse pour les piriformes) sont compris entre 1,30 m et 3,55 m, avec une moyenne à 2,40 m. Les profondeurs sont comprises entre 0,45 m et 2,10 m pour l'ensemble du corpus, avec une moyenne à 1,15 m. Les individus piriformes sont en moyenne les plus profonds (1,40 m), suivis par les tronconiques (1,05 m) et les discoïdes (0,85 m), mais l'individu le plus profond est tronconique (2,10 m). Les volumes fonctionnels des 84 silos qui ont pu se prêter à une reconstitution de leur profil d'origine sont compris entre 0,50 m3 et 6,90 m3, avec une moyenne à 3 m3, ce qui permettait de stocker environ 22 quintaux de céréales. Les silos piriformes sont, en moyenne, les plus volumineux avec 3,90 m3, suivis par les individus tronconiques (moyenne à 2,60 m3), puis les individus discoïdes (moyenne à 2,20 m3). Les nombreux recoupements stratigraphiques entre silos ont permis de déterminer au moins cinq phases d'utilisation de la batterie.

 

Les rares objets mis au jour permettent de dater cette installation de la seconde moitié de La Tène ancienne et/ou du début de La Tène moyenne (La Tène B1 et/ou B2, entre 400 et 250 avant notre ère). Il est probable que la batterie de silos de Soupir "le Champ Grand Jacques" ait dépendu de plusieurs habitats producteurs localisés dans le haut de la vallée, en bordure de pente menant au plateau. La centralisation de leurs excédents céréaliers en fond de vallée non inondable pourrait signer la volonté de rapprocher des voies commerciales terrestres ou fluviales les stocks destinés à être échangés.

 

Page générée en 0.044 seconde(s)