Au cours du temps

 

La carpologie 

 

La carpologie a pour objet d’étude les fruits et graines conservés dans les niveaux et structures archéologiques, essentiellement depuis l’Holocène. Cette conservation résulte d’une transformation de la matière organique, par carbonisation ou minéralisation, ou résulte de conditions d’enfouissement exceptionnelles (vestiges subaquatiques, climats très sec, très froid etc...). Les restes carpologiques rendent compte de l’évolution des cortèges végétaux soumis à la pression humaine aussi bien qu’aux changements climatiques. Outil privilégié pour aborder la reconstitution des agro-systèmes, la carpologie envisage les réponses apportées par des communautés agricoles aux modifications de leur situation économique et politique.

Les plantes de cueillette nous renseignent quant à elles sur l’utilisation par l’homme des ressources naturelles pour l’alimentation, l’artisanat et la pharmacopée.


La carpologie apporte la preuve directe de l’utilisation d’une espèce à un endroit précis pour une période donnée, qui traduit une mise en culture locale ou une importation de denrées végétales exotiques. L’éventail des plantes cultivées et leur importance relative permettent de caractériser une agriculture à l’échelle locale et, par comparaison, d’apprécier son originalité à l’échelle régionale ou supra-régionale. Certains ensembles nous renseignent également sur les pratiques agricoles, notamment les modalités de récolte, de traitement et de stockage des plantes. Les graines et les fruits constituent enfin des témoignages concrets de la diffusion de nouvelles espèces, du changement de statut de mauvaises herbes, qui deviennent des plantes cultivées, ou de plantes domestiques qui assurent l’approvisionnement en fourrages.


En résumé, la carpologie nous indique les solutions mises en œuvre par les communautés paysanes pour diversifier et garantir leurs productions. En ce sens, elle représente une discipline au carrefour de la botanique, de l’agronomie, de l’archéologie, de l’ethnologie et de l’histoire.

 

  

Page générée en 0.072 seconde(s)