Archéologie

Après la Fouille

 

 

 

 


Cernes de bois



(1)

Voir d'autres vases

 


Fours anciens :
les particules métalliques
de leur briques enregistrent
au moment de la cuisson
la direction du champ
magnétique de la terre.


(2)

Voir d'autres vases

Les datations

 

Déterminer l’heure exacte


L’archéologue doit absolument pouvoir dater les vestiges et les objets qu’il trouve.
Il utilise pour cela différentes méthodes.


LA STRATIGRAPHIE

C'est l'étude de la succession des différentes couches d'accumulation – sur une surface - ou de comblement – dans une structure en creux -, les couches les plus anciennes se trouvent à la base de la stratigraphie.


La datation relative


LA STRATIGRAPHIE

Pour dater les objets les uns par rapport aux autres (datation relative) on observe leurs positions dans les couches archéologiques et leur appartenance à un groupe d’objets de même forme, de même style.
Avec le temps, les matériaux et les sédiments se déposent en strates. Pour certains sites - en particulier les sites urbains -plusieurs fois réoccupés, on obtient, à la façon d’un immense mille-feuilles, toutes les phases de leur histoire, la période la plus ancienne se trouvant tout à fait à la base.


(1) Vaisselle du Ve siècle avant notre ère,
Bucy-le-Long.

 


LA TYPOLOGIE

Les formes des objets évoluent constamment. A partir d’une série d’objets de même nature, un travail rigoureux de description et de classement peut alors être entrepris. On détermine des ensembles de formes en fonction de lieux et de périodes.

 

(2) Vaisselle du Ier siècle avant notre ère,
Villeneuve-Saint-Germain.


La Datation absolue

 

La date d’un évènement peut être fixée de manière absolue. Dans le cas des sites historiques, cette datation peut être établie grâce à des documents écrits. Pour des sites plus anciens on utilise des méthodes d’analyse botaniques, chimiques, radiométriques. En fonction de la période concernée et des objets retrouvés, l’une ou l’autre de ces techniques sera utilisée.

 

CARBONE 14

Le carbone 14 (C14) est une forme radioactive de carbone. Tous les végétaux vivants - mais aussi les animaux qui les mangent - absorbent du C14.
À la mort du végétal, ou de l’animal, la quantité de C14 n’étant plus renouvelée, elle se désintègre progressivement. La mesure de cette désintégration donne l’âge de l’échantillon.

 

DENDROCHRONOLOGIE

Les variations climatiques qui affectent la croissance des arbres s’enregistrent dans les anneaux de croissance des arbres. Le dendrochronologue fait coïncider les anneaux d’un arbre abattu à date précise, avec ceux d’un arbre qui lui est immédiatement antérieur, et ainsi de suite pour une même espèce dans une même région. En comparant les cernes des échantillons archéologiques aux courbes de référence, on peut dater à l’année près l’abattage de l’arbre.


Les deux méthodes sont souvent utilisées de façon complémentaire
dans des sites de 5 000 av. J.-C à nos jours.

 


THERMOLUMINESCENCE

Cette méthode de datation complexe s’utilise sur des matériaux ayant été chauffés (pierres de foyer, poteries...) et permet de dater des vestiges très anciens. Les cristaux radioactifs présents dans ces objets ont gardé la mémoire d’un dernier chauffage à haute température. Réchauffés en laboratoire, ils émettent une lumière – qui est mesurée – d’intensité proportionnelle au temps écoulé depuis le dernier chauffage.

 

ARCHEOMAGNETISME

Le champ magnétique terrestre varie au cours du temps. Il est “fossilisé” dans des objets en terre cuite contenant du fer et ayant chauffé à plus de 700°. les fours anciens sont comme des boussoles: les particules métalliques de leur briques enregistrent au moment de la cuisson la direction du champ magnétique de la terre.



 

> Voir la suite…

LA FINALITE D'UNE ENQUETE  

Page générée en 0.018 seconde(s)